Sensibilisation au "bien écrire" - Fautes courantes à éviter

Aller en bas

Sensibilisation au "bien écrire" - Fautes courantes à éviter  Empty Sensibilisation au "bien écrire" - Fautes courantes à éviter

Message  Admin le Mar 1 Mar - 11:17

On peut faire des fautes, parce qu'on tape vite, parce qu'on a pas fait gaffe (même en se relisant)... Malgré les correcteurs d'orthographe embarqué, il y a des choses énervantes, orthographiquement juste, mais grammaticalement carrément fausses voire aberrantes.

Un petit guide pour vous éviter de les faire, car même un enfant de 10 ans ne les fait plus.

--------------------

I . CONJUGAISON : Rappel

***

L'erreur la plus fréquente est due à la confusion engendrée par le son "é"
Pour rappel des terminaisons les plus aisément confondues et le temps quelles marquent :

Vous mélangez --> présent
Je mélangeais --> Imparfait
Je mélangeai --> Passé simple (ai Pour la première personne singulier)
Je mélangerai --> Futur
Je mélangerais --> Conditionnel
mélangé --> Participe passé
Mélanger --> Infinitif

Pour toute hésitation quant à la conjugaison d'un verbe, un petit outil bien utile :
Outil : http://www.leconjugueur.com/

****
Infinitif (présent):

---> Forme du verbe, lorsqu'il n'est pas conjugué :
Terminaison en -er, (1er groupe), -ir (avec participe passé en issant - 2ème groupe), -oir, -re, -ire, plus verbes irréguliers en -ir et -er (3ème groupe).

Les confusions qui apparaissent sont généralement celles qui touchent à l'homonymie entre l'infinitif des verbes du 1er groupe en "-er", et le participe passé qui est en "-é".

1. Infinitif ou participe passé ?

Règle générale : S'emploie après un verbe.

Ex : Je pense aller me baigner à Stockholm (fixette sur la Suède), cet été. (<= Il y a la plage là bas ? )

En revanche après un auxiliaire ("avoir" ou "être") on retrouve le participe passé, et non l'infinitif.
Remarque : L'infinitif passé, se construit avec l'auxiliaire à l'infinitif + le participe passé.

Ex : J'ai marché plus de dix jours, pour parvenir à cette petite crique, où se trouvait le cadavre du vieux que j'ai buté la dernière fois.
Ex : J'ai souhaité parler [infinitif, vu que deuxième verbe après souhaiter] à Dieu, il ma dit que je ne pourrais jamais diviser par Zéro. (SOB !!)

2. Emploi après les prépositions (à, de, pour, sans, par, etc.)

Ex : Il me demanda de lui casser la tête avec un RKO. J'acceptai.

Exception : La préposition après est suivie de l'infinitif passé (puisque l'action est révolue)
Infinitif passé = Auxiliaire à l'infinitif + participe passé

Ex : Après avoir roué de coups l'Admin du site, on le laissa pour mort sur la place du village.

3. Autres usages.

- Comme sujet d'une phrase ou pour exprimer une idée abstraite.

Ex : "Boire c'est boire, il n'y a plus d'espoir" chanta Johnny Halliday un soir de rhume.

- Dans les dictons, les annonces, les recettes etc...

Ex : Prendre une noix de coco et tenter de l'ouvrir avec votre crâne.

****

Participe passé :

1. Règles générales

- Le participe passé sans auxiliaire (à valeur d'adjectif) s'accorde en genre et en nombre avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte :

Ex : Perdues en pleine forêt, les deux sœurs se demandaient vers où aller.

- Le participe passé conjugué avec l'auxiliaire "être" s'accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe :
Ex : Elle est partie à l'aube.

- Si le complément d'objet direct est placé après ou s'il n'existe pas, le participe passé conjugué avec "avoir" reste invariable :

Ex : Il a pris les sous, et les a amenés à claquer dans un bar à sushis. (SOB !!!)

- Le participe passé conjugué avec l'auxiliaire "avoir" s'accorde en genre et en nombre avec le complément d'objet direct (COD), si celui-ci est placé avant le verbe :

Ex : Il les a prises, et les a empilées. (on parle de chaises.)

2. Exceptions, cas particuliers et autres subtilités (plus pour mémo)


- Les participes "dit, dû, su, voulu, cru, pu, pensé, permis, prévu" restent invariables lorsque l'objet direct est un infinitif (ou une proposition) à sous-entendre après eux

Ex : Le forgeron a livré aux soldats toutes les armes qu'il a pu (sous-entendu... livrer)

- Les verbes impersonnels ont un participe passé invariable. (Les verbes impersonnels étant ceux dont le sujet grammatical ne représente pas un sujet réel type : il faut, il y a , il s'agit de, il pleut, etc.)

Ex : Les soins qu'il a fallu lui prodiguer.

****

Imparfait / Passé Simple :


1. Différence d'orthographe

Une des principales méprises réside dans la terminaison de la 1ère personne des verbes du 1er groupe (infinitif en -er). Le passé simple ne prends pas de "s", là où l'imparfait l'exige.

Ex : Je marchais (imparfait) sur la route, encore distrait par la discussion de la veille : je ne vis pas la pierre, je trébuchai. (passé simple)

La seconde confusion réside dans la conjugaison de la 3ème personne, des verbes du 3ème groupe (tout particulièrement ceux finissant en -ire ou -ir). L'orthographe est alors identique à celle du présent.

Ex : Il sourit (passé simple) (Et jamais jamais il souria !!!)
Ex : Il sourit (présent)

2. Usages (à détailler)

Pour rappel le passé simple marque généralement un fait ponctuel dans le passé, là où l'imparfait introduit une notion de durée.

****

Futur / Conditionnel :

Dans les textes, la principale erreur réside dans la terminaison de la première personne. Le futur ne prends pas de "s" final, là où le conditionnel l'exige.

Je serai (futur)
Je serais (conditionnel)

Conditionnel :

1. Dans un récit au passé, il exprime le futur par rapport à un évènement passé :

Ex : Je croyais que tu ne viendrais plus. (conditionnel présent)
Ex : S'il était venu, il aurait pu prendre possession de son pouvoir. (conditionnel passé)

2. Il introduit une hypothèse, une supposition, une possibilité, une suggestion, un fait imaginaire (donc tout ce qui n'est pas indubitable ou fait office de doute), et pour cette raison se retrouve souvent avec les verbes exprimant ces nuances.

Ex : Je vous serais reconnaissant d'attendre dans l'antichambre
Ex : Vous pourriez être un des grands de ce monde, si vous le souhaitiez.

Futur :

A la différence du conditionnel, le futur marque un fait qui peut se produire dans le futur, ou tout expression dune forte probabilité.
Dans certain cas, tout est affaire de nuance. Un ordre au futur par exemple est plus péremptoire que mis au conditionnel.

********

II. VOCABULAIRE

Aides homophoniques diverses

Air/ère/Aire

Air : Nom masculin évoquant l'apparence ou vent.
Ex : Un air de famille, l’air est glacial ce soir.

Ère : Nom féminin indiquant une période
Ex : Une ère historique

Aire : Nom féminin désignant une étendue
Ex : Une aire géographique

***

Cote/Côte/Cotte/Côté

Cote : nom féminin désignant une mesure
Ex : J'ai la cote avec cette Jehuty ♥ !

Côte : nom féminin désignant une pente, ou une partie du corps humain
Ex : Il me brisa deux côtes. Je gravis la côte tant bien que mal.

Cotte : nom féminin désignant une pièce d'armurerie
Ex : J'enfilai ma cotte de maille.

Côté : nom masculin ou conjonction indiquant une position latérale
Ex : Je suis passée à côté de lui. Les côtés de la baraque étaient jonchés de déchets.

***

Foi/Foie/Fois

Foi : nom féminin désignant le fait de croire en quelque chose.
Ex : La foi en Dieu.

Fois : nom féminin marquant la répétition ou la quantité.
Ex : Une première fois.

Foie : nom masculin désignant un organe.
Ex : Les foies dhumain, ça se mange comment ?

***

sa/ça

Alors là, c'est le plus courant. Tout réside entre deux notions : la possession versus la démonstration.

Les démonstratifs sont des pronoms permettant de désigner quelque chose de + ou - lointain. Ce, cet, cette, ceci, cela, celui ci, celui là, ça... En gros, ça commence par un "C"

ex : Ce petit chemin qui sent la noisette ! Ça sent mauvais ! Ça m'énerve ! Ça m'soule !

Les possessions permettent de désigner l'appartenance à soi-même ou à quelqu'un : son sa sien sienne ses, mon ma mien mienne mes, ton ta tien tienne tes, leur leurs, nos nôtres, vos vôtres ...

ex : Il fait chier avec sa chassou !

Et on peut combiner les deux : Ce con d'admin m'emmerde avec ses cours à deux pesos !

J'espère que ça évitera de voir des trucs du genre "se con d'admin m'emmerde avec s'est cours" ...

ce/se/ceux s'/c'

'Ce', 'se' et 'ceux' sont des homonymes grammaticaux.

'Ce' est un déterminant démonstratif. Il se place devant un nom au masculin singulier et sert à désigner quelque chose ou quelqu'un.

On peut le remplacer par 'ces'.
ex : Ce garçon est mon ami. // Ces garçons sont mes amis.

C'est également un pronom démonstratif qui signifie 'ceci' ou 'cela'.
ex : Ce qui nous rassure.// Cela nous rassure.

'Se' est un pronom personnel. Il se place toujours devant un verbe pronominal et s'écrit 's'' quand le verbe commence par une voyelle ou un 'h' muet.

Il devient 'me, te, nous, vous' quand le verbe est conjugué à d'autres personnes.
ex : Il se lave. // Tu te laves.

'Ceux' est un pronom démonstratif qui remplace un nom masculin pluriel. On peut le remplacer par 'celles'.

EXEMPLE: Ceux qui pleurent dérangent. // Celles qui pleurent dérangent.

Pour savoir s'il faut utiliser c' ou s' devant le verbe être conjugué à la 3e personne (est/était...), il suffit de remplacer par "cela" et voir si la phrase a un sens

ex : il s'/c' est gratté -> Il "cela" gratté ... ça ne veut rien dire. Donc c'est " s' " : il s'est gratté.
S'/C' est mon heure de gloire ! "Cela est mon heure de gloire" ... ça colle ! Donc "c'est mon heure de gloire"


Admin
Admin

Messages : 15
Date d'inscription : 15/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur https://alphaomega.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum